Je t'aime... moi non plus...(Mai 2015)


Bonjour à tous,


En juillet 2013, pour la rédaction de l'article " Pourquoi elle ne veut plus de moi ?", je donnais la parole à certaines de mes consoeurs, et la formule a visiblement bien plu puisque vous avez été nombreux à réagir positivement à cet article et à me féliciter pour cette initiative.

Je réitère donc l'expérience aujourd'hui, et reprends ma plume virtuelle mais cette fois pour vous parler d'amour... Sympa non ?

Plus sérieusement, je consulte régulièrement certains forums et j'avoue être stupéfaite par la facilité déconcertante avec laquelle de nombreux clients, tombent amoureux d'une escort après seulement quelques rencontres. 

J'ai voulu savoir ce que mes consoeurs pensaient de cette nouvelle tendance "made in love" et comment elles géraient ces "serial lovers" ?

Il résulte de mon enquête que si pour certaines les rencontres avec un client amoureux apparaissent comme une pause salvatrice qui leur fait du bien*, pour d'autres en revanche, elles s'apparentent plus à un chemin de croix qu'à une promenade de santé.

Harcèlement, scènes de jalousie, chantage affectif... certains n'hésitent pas à employer les grands moyens pour convaincre.

Pour ce qui me concerne, et la majorité des escorts que j'ai interrogées est d'accord avec moi, je n'ai jamais autant entendu de "Je t'aime" que depuis que j'exerce cette activité. 

Il est vrai que j'essaie autant que possible de donner une dimension émotionnelle et humaine à chacune de mes rencontres, et c'est sans doute cette empathie qui pousse certains messieurs à "m'aimer". Mais ces élans d'amour à répétition m'interpellent, et logiquement je me pose de nombreuses questions.

Ces hommes sont-ils sincères ? 
Ne confondent-ils pas "passion" et "amour" ? 
Que cherchent-ils exactement ? 
Aiment t-ils "l’escort", ou la femme que je suis ?
Autant de questions auxquelles mes consoeurs et moi-même avons tenté de répondre.

 

1 - Ces hommes sont-ils sincères ?

Oui et non, tout dépend des raisons pour lesquelles ils font appel à une escort.
Dans la majorité des cas la motivation d'un client est avant tout d'assouvir un désir sexuel, mais pour certains il s'agit surtout de combler un manque affectif, ces derniers, si l'escort arrive à combler ce manque, peuvent tout à fait développer un sentiment amoureux, même si celui-ci a peu de chance de survivre dans le temps. 

2 - Ne confondent-ils pas "passion" et "amour" ?

Si l'on part du principe qu'un amour se construit sur la durée, la confusion entre passion et amour est tout à fait possible.
A titre d'exemple, l'une de mes consoeurs m'a confié qu'un de ses "amoureux" qu'elle voyait régulièrement depuis plusieurs mois, avait mis fin à leur relation car il trouvait leurs rapports trop monotones. Il s'agit là de la réaction d'un homme passionné et non de celle d'un homme amoureux il me semble.

3 - Que cherchent-ils exactement ?

Bien qu'il existe des exceptions avérées, elles sont peu nombreuses... dommage, dans la majeure partie des cas, et il suffit de lire les commentaires sur certains forums pour s'en convaincre, l'intérêt est financier. 

Peu avares de promesses certains n'hésitent pas à faire miroiter à l'escort une vie future et commune.

Mais mon écoeurement fut à son comble lorsque l'une d'entre elles me confia avoir été séduite par l'un de ces beaux parleurs qu'elle ne faisait plus payer. Et pour cause, outre un avenir commun, ce dernier lui avait promis un poste dans sa société. Après 8 mois d'attente et des explications plutôt vaseuses de l'intéressé, elle comprit qu'il s'était foutu de sa figure (n'ayons pas peur des mots), et elle mit un terme à cette relation.

Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent c'est bien connu, et certains, sans doute en proie à de sévères pertes de mémoire, oublient celles qu'ils ont

faites, se complaisent dans une situation d'assistanat affectif et surtout sexuel et lorsque l'escort s'impatiente ils lui répondent avec aplomb et détachement qu'il ne faut pas se précipiter, qu'il faut prendre son temps avant de s'engager, que si les choses doivent se faire elles se feront naturellement... En langage "Je te prends pour une conne", ça signifie "Tu peux toujours courir".

Après l'urgence des sentiments avoués, on prend son temps... beaucoup de temps... 

Remarquez si j'étais à leur place je ferais sûrement la même chose. Après tout pourquoi s'encombrer de la vache quand on a le lait à l'oeil...

4 - Aiment t-ils "l'escort", ou la femme que je suis ?

Pour ce qui me concerne et si j'en juge par mes deux expériences en la matière, je répondrai ni l'une ni l'autre. Je suis sortie deux fois du cadre, pour vivre deux superbes aventures qui ont respectivement duré 8 mois et 3 mois… Même pas le temps de se lasser ;-)

Mais je ne regrette rien, ces aventures même si elles n'ont pas eu la chute que j'espérai, sont arrivées à un moment où j'avais besoin d'entendre certaines choses, elles m'ont permis de traverser des périodes difficiles, et en ce sens elles ont été positives.

D'autres escorts pensent que leur client était sincère, en tout cas qu'il l'a été à un moment, mais avoir une relation privée avec une escort girl c'est compliqué et pas

facile à supporter pour certains. Nous les comprenons parfaitement.

Quel est le profil de ces "Serial lovers " ? 

Il en existe plusieurs. Petit tour d'horizon pour n'en citer que quelques-uns...

- Celui qui sort d'une rupture sentimentale mal vécue :  

Il s'attache très vite, est limite collant, et a tendance à être plutôt dépressif que bon vivant. A quelques rares exceptions près, ne vous attendez pas à faire un long parcours avec ce type de client, et n'abandonnez surtout pas votre activité pour lui.

Je relatais l'an dernier dans ce journal la mésaventure qu'avait vécue l'une de mes consoeurs toulousaine. 
Un de ses clients souffrait de dépression suite à une rupture sentimentale et s'était attaché à cette escort qui l'écoutait parler  de sa vie des heures durant, de son ex, de cette rupture qu'il supportait mal... Elle le consolait, et le comprenait étant elle-même en une grande détresse affective et financière.

Aussi lorsque ce dernier au bout de trois mois lui proposa d'habiter avec lui, elle accepta sans même prendre le temps de réfl